Cibler les actes faussement subversifs…

Haschich: il y a deux raisons fondamentales qui font de la drogue et en particulier du haschich un objet de fausse subversion.
Tout d’abord, il semble évident à toute personne quelque peu sensée et dont le cerveau fonctionne assez bien que le chit rend celui qui le consomme débile (au sens premier du terme, à savoir manquer de force) d’un point de vue physique mais surtout intellectuel. Arrêtons-nous alors sur deux points : la régression des capacités intellectuelles et ce pourquoi le système souhaite tant nous faire croire qu’il condamne la résine de cannabis. (Là encore avec un peu de réflexion on comprend vite où je veux en venir). Il faut avant tout partir d’un principe très simple: dans 90% des cas, lorsque le système souhaite interdire quoi que ce soit de basse envergure (même si la consommation du chit est très importante évidemment) et qu’il en parle constamment c’est pour en faire la promotion sur le « marché noir » afin qu’il soit consommé tout de même et ce dans des quantités parfois bien plus importantes du fait de sa prohibition que s’il avait été mis sur le marché directement. Pour conclure donc, le cannabis est véhiculé par le système afin d’augmenter l’abrutissement des masses, car tout le monde le sait il est bien plus facile d’affliger une vie rude à quelqu’un dont l’esprit est ailleurs et qui choisit de ne pas voir la réalité mais de se défoncer afin de l’éviter, laissant ainsi le système maître et la population dans la débilité.

La seconde raison pour laquelle le cannabis est un faux objet de subversion réside dans le fait qu’il est la représentation même du fonctionnement du libéralisme comme toute drogue, dans son fonctionnement. Pour cela, je me réfèrerai au philosophe très talentueux et malheureusement méconnu qu’est M. Clouscard. Il écrit : « Tout geste de consommation est d’ordre sensible. Il marque le corps à la fois par un produit et par l’usage de ce produit. Le plaisir de la consommation est un acte qui inclut à la fois la morphologie sociale (geste micro-social) et la fonction organique. Ce qui accroche, donc, c’est aussi et surtout, la forme, l’usage et la façon (de consommer). Et ainsi se constitue la mémoire sensible, l’inconscient au bon sens du mot : la mémoire de la matière, de l’organique. Le matériau social est aussi important que le matériau apporté par le corps. Celui-ci est façonné par cette morphologie sociale. L’habitude est portée par cette excentration du corps qui est la mémoire du corps. Tout un gestuel social devient ainsi la voie d’accès au plaisir. […] le corps ne peut alors que le ratifier. Le répéter. Pour ressentir encore le plaisir déjà éprouvé. Ainsi nait l’accoutumance. Elle est un fait social et corporel, morphologique et fonctionnel, psychologique et sociologique. […] Aussi, le corps ne peut que vouloir la répétition du plaisir. »

En bref, le cannbis (ou même la clope d’ailleurs) s’appuie sur la sensation et sur le désir, désir de répétition du bon et c’est là le principe même de l’idéologie libérale, la consommation par le désir et le vice. On laisse aller les passions, sans contrôle aucun de soi-même (ce qui réduit de beaucoup nos libertés par ailleurs…) et ainsi, on crée des acheteurs compulsifs. C’est pourquoi le « drogué contestataire » est mis en avant par le système comme un héros de la soi-disant contestation….

Le sexe : il est bien loin d’être subversif pour la simple raison qu’il suffit d’allumer sa télé, à n’importe quelle heure, sur n’importe quelle chaîne pour en voir.

Est-ce la débauchée revêtue du jean et du string que l’on blâme ou la fille chaste ou même voilée ?… La soi-disant émancipation sexuelle n’a servi qu’à réduire la femme à l’objet pour les bienfaits du libéralisme tandis que le patronat la rend esclave du salariat et du travail qui engendre dépressions et éclats relationnels.

Vivre avec son temps serait donc vouloir un cul derrière chaque produit afin de pousser à la consommation. Nul n’a besoin d’une surexposition sexuelle ou de pornogaphie; ceci résulte seulement de la médiatisation sexuelle qui impose cela comme étant « le bien » et « le bon ».

En croyant se libérer sexuellement, c’est notre porte-feuille que nous libérons le plus souvent en faisant ainsi profiter le système.

La sexualité tient de la sphère privée et n’a plus aucun sens lorsqu’elle est étalée sans cesse sur la sphère publique et que chacun y a accès. Ceci ne sert qu’a rendre complexé et dépressif, tant pour les femmes qui voient de partout des poupées hollywoodiennes sans formes et vulgaires que les hommes qui n’osent plus aborder une femme à cause de toutes les revendications féministes qui font que les femmes se prennent pour des top-models et qui brisent toutes relations.

La sexualité devient un plaisir instantané alors qu’il est un plaisir de durée basé sur l’érotisme et la séduction, bien plus agréable.

Au final, là encore tout cela n’entraîne qu’une grande dépression sociale. Notre siècle est celui de la peur et de la solitude, aujourd’hui la France est le premier pays consommateur d’antidépresseurs, et l’on évalue à près de 10% le nombre de personnes qui vivent dans une profonde solitude. Une fois de plus, le sytème nous tient et nous afflige par des images brutales de sexe partout, dans la télé, dans les magazines.

L’image sans le réel est inutile alors banissez tout cela et faites l’amour… réellement (et pour ce, pas besoin de quelconques sex-toys ou autres objets du vice…).

Les manifestations:

S’il fût un temps où les révoltes populaires permettaient un changement de politique, il en est autre chose aujourd’hui comme nous avons récemment pu le voir avec la réforme des retraites. Et ce, pour plusieurs raisons.

Avant tout, les manifestations françaises aujourd’hui n’ont rien à voir avec celles qui se déroulent en ce moment en Tunisie ou en Egypte où le peuple s’est réellement manifesté. En France désormais, ce sont les syndicats (CGT, CFDT, Sud Rail et autre supercherie, démasqués par la majeure partie des ouvriers qu’il sont censés représenter (car rappelons-le les syndicats ne représentent que 7% des ouvriers, pour le reste c’est une petite colère étudiante pour futur banquier malheureusement…)) qui organisent les parcours pour les manifestations, qui sont d’ailleurs toujours les mêmes.

Ainsi, le « peuple » défile entre petits commerces et petites gens qui essaient simplement de travailler. Travailler, car bien avant les ministres du gouvernement, ils ont du, eux les premiers, se serrer la ceinture. Les manifestants défilent sans risque et bien encadrés par les forces de l’ordre, tandis que les gouvernants n’ont pas à se tracasser et sont libres de leurs mouvements! Bien sûr, certains diront que c’est pour montrer que le peuple réagit et ceux-là même espèreront être écoutés; malheureusement, pour que cela soit possible, il faudrait encore croire que nous sommes en démocratie et, mes pauvres amis… nous en sommes bien loin!

Alors, si demain vous désirez manifester et être entendu, descendez plutôt dans les rues la rage au ventre et non dans l’attente du barbecue de fin de cortège! Immobilisez les vrais lieux de pouvoirs et représentatifs de celui-ci (l’Elysée, les mairies, les banques, les sièges de grandes entreprises, l’assemblée nationale etc.)! Sinon, vous vous contenterez de marcher comme un mouton sous le joug des dirigeants collabos des différents syndicats…

Encore faut-il avoir un réel esprit de révolte… à vous de voir!

L’anti-islamisme primaire:

De l’extrême gauche à l’extrême droite, avec d’un côté le petit Olivier Besancenot qui, après avoir instrumentalisé la femme voilée afin de gagner des voix auprès des jeunes musulmans de banlieue, la chasse à coups de latte car le voile et la charia ne collent pas avec son logiciel de trotskiste et que celles-ci ne rapporte pas assez; et de l’autre, Marine Le Pen qui elle, condamne avec violence et bêtise l’Islam, et ce sans cesse et partout, validant ainsi la logique de domination étatsunienne, ce qui lui permet d’accéder aux médias plus facilement que son cher papa! Entre ces deux-là, on connait d’ailleurs les mesures tout aussi idiotes exercées par l’UMPS envers la communauté musulmane et immigrée dont ils ont besoin par ailleurs afin de baisser les salaires des ouvriers français ou étrangers nationalisés français.

À l’UMPS, on tape sur l’Islam. Eh oui! Plus de « touche pas à mon pote », car l’ordre suprême venant des Etats-Unis et d’Israël condamne cette pratique! Il faut taper sur le pote nègre gênant, pour valider les raisons données aux guerres en Irak et en Afghanistan. Ce, pour se protéger des talibans (qui ont été créés par les Etats-Unis et dont on sait désormais qu’ils n’avaient rien à voir avec Al Qaida, d’après un rapport de l’armée américaine accessible sur le net.).

Les vraies raisons cependant, ce sont le pétrole, l’opium et la domination planétaire. Mais en contrepartie, il faut tout de même faire venir l’immigré majoritairement musulman afin qu’il vide nos poubelles à moindre coût!

Vous l’aurez compris, libéraux, « socialistes », anarchistes, trotskiste, « fascistes », etc. valident tous la logique de domination américaine et la théorie grotesque et insensée du « choc des civilisations ».

Il faut donc penser plus loin, et même s’il est vrai qu’il est extrêmement dérangeant de voir l’Islam se répandre dans les lieux publiques, il faut modérer ses attaques et voir que la plupart des jeunes délinquants n’a rien à voir avec l’Islam modéré présent majoritairement en France, mais est plutôt sur une logique américaine venant de Harlem…

Les cons sont des musulmans, des chrétiens, des blancs, des juifs, des rouges, des bleus, des chiens… Les musulmans n’ont pas le monopole de la connerie, alors certes il faut défendre les valeurs françaises, et donc la chrétienté, mais réaffirmons plutôt ces valeurs plutôt que de courir à la guerre civile contre deux ou trois musulmans fanatiques, car c’est exactement ce que le système attend.

Le rap et le rock: très vite, l’un valide le conflit de civilisations, crée de la haine communautaire (Black VS blanc) souhaitée par le système pour en arriver à la guerre civile, détériore l’image du « jeune de banlieue » et des musulmans en général, tout ceci dans des textes ridicules et une rythmique grotesque…; l’autre a des airs faussement contestataires et se présente au détriment du jazz avec l’arrivée en masse du jean, pantalon, veste, chaussettes… à l’americaine, un non-respect de la morale qui tend vers l’ « émancipation » libertaire, base de la consommation libérale…

Pour autant, rien n’empêche d’écouter et d’apprécier certains rock ou du rap ,mais les faux-airs contestataires sont pour beaucoup un peu énervants voilà tout.


« On domine plus facilement les peuples en excitant leurs passions qu’en s’occupant de leurs intérêts. » G. Le Bon

Bien à vous.

Loïc.

Contrat Creative Commons
Cibler les actes faussement subversifs… de Loïc Chaigneau est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 Unported.
Basé(e) sur une oeuvre à dialectiquelibre.wordpress.com.

Publicités

A propos loiic16

Loïc Chaigneau, 18ans.
Cet article a été publié dans Débats et idées, Politique et société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s